L’échappement : l’entretenir, le nettoyer, le changer

On n’y pense pas toujours, mais l’échappement est aussi un organe important d’un véhicule. Des vibrations, un bruit anormal ou une épaisse fumée noire sont autant de signes du mauvais état de santé de votre pot, ou d’un tube. A quelle fréquence faut-il nettoyer son échappement ? Ce dernier est-il réparable ou faut-il obligatoirement le changer au moindre signe de défaillance ? Quel pot ou quel tube choisir pour s’assurer une performance optimale ?

L’échappement ; pourquoi l’entretenir ?

Le rôle d’un échappement sur un véhicule est primordial. C’est par lui que peuvent ressortir les gaz après combustion dans le moteur. Un échappement de bonne qualité garantit donc autant la performance du moteur que sa fiabilité sur le long terme. De surcroît, l’échappement permet une moindre pollution, grâce aux filtres, et un meilleur confort de conduite. De fait, il est important que vous prêtiez attention aux éléments qui composent l’échappement de votre voiture. Pour commencer, évitez de rouler sur la réserve trop longtemps. Le carburant stocké dans le fond du réservoir encrasse les organes de votre véhicule, échappement compris. Autre conseil pour le maintenir en bonne santé ; privilégiez les longs trajets à régime constant. Côté nettoyage et entretien, on préconise une visite de contrôle tous les 20 000 kms. Pensez à changer le catalyseur tous les 100 000 kms et le silencieux tous les 80 000 kms environ. Il s’agit bien de préconisation, mais, en fonction de l’usure et des observations que vous faites, il se peut que vous deviez intervenir plus tôt.

Peut-on entretenir son échappement tout seul ?

Bien entendu, les garagistes sont toujours les mieux placés et proposent souvent des forfaits échappement. Pour autant, l’opération visant à contrôler soi-même l’usure des pièces n’est pas très compliquée. Et si vous disposez d’un pont, les choses seront encore plus simples. Commencez toujours par vérifier l’état général du pot et du tube. Puis, contrôlez le catalyseur et le silencieux. Enfin, attardez vous sur l’état des colliers de serrage, des caoutchoucs, des joints entre les différents éléments. Si l’une des pièces s’avérait défectueuses ou très abîmée, n’hésitez pas. Commandez-la et remplacez-la. Et si vous devez en arriver à la dépose complète de votre échappement, n’ayez pas peur de vous y mettre. Il existe aujourd’hui de plus en plus de garages associatifs, où tous les équipements sont mis à disposition, de la clé de 12 au pont, en passant par les conseils avisés de bons amateurs, voire de professionnels de la mécanique. Déposer un échappement est assez simple. Il suffit de desserrer les colliers. Le montage réclame un peu plus de minutie, et de temps pour les néophytes. Et n’oubliez jamais de contrôler les éventuelles fuites une fois votre échappement neuf remonté.

Tube, pot ; quelles pièces choisir ?

Pour commencer, dites-vous bien qu’il n’est pas indispensable de changer toute la ligne d’échappement. Ce dernier est constitué de différentes parties, reliées en elles. Vous pouvez donc vous focaliser sur les seules pièces défectueuses. Cela peut vous permettre de réaliser quelques économies substantielles. Pour trouver la pièce qui vous convient, faites attention à ce que vous cherchez. Inutile de commander une ligne complète si vous n’avez besoin que d’un pot catalytique ou d’un silencieux. Pour savoir ce dont vous avez besoin, contrôlez l’intégralité de votre ligne d’échappement. Puis, fiez vous aux recommandations faites par le constructeur de votre voiture. Lors de vos recherches, munissez vous de votre numéro de plaque d’immatriculation. En toute logique, vous arriverez directement sur les modèles conformes à votre voiture. Il ne vous restera plus qu’à choisir la ou les pièces dont vous avez besoin. Pour plus de sécurité au moment de choisir, vous pouvez aussi noter les numéros de série des pièces en question.

Échappement Échappement
Réaspiration des gaz d'échappement